Welcome to Rock on Wall's website - The cult of vinyl records

Concert : le top 10 des relous

Concert-top-10-des-relous

Ah les concerts. La force du live, la communion avec les artistes, l’impression de vivre un moment unique, les « oh oh-oh-oh oh » du rappel, la chasse à la tracklist, aux mediators et aux baguettes de batterie, la frime sur Instagram et enfin l’inévitable chapelet de noms et de dates qui frise le concours de longueur de zboub dès que ce sujet est évoqué entre passionnés de musique. Les concerts, c’est la vie. Et pourtant, il y a toujours des relous pour essayer de te gâcher la soirée ! 

#10 : La Bisounourse

Mettons qu’on soit au Transbordeur à Lyon pour un concert des Kooks. La moyenne d’âge est de 16 ans et 3 mois et la salle est pleine comme un oeuf de midinettes in love. La première partie a eu du mal à se faire entendre – rien à foutre, on veut les Kooks. Soudain, les membres du groupes apparaissent sur scène et dans une gigantesque explosion d’hormones, les 100 derniers rangs écrabouillent les 5 premiers. C’est alors que la lycéenne devant toi se retourne et, d’une voix de mouette excédée, te hurle dans les oreilles, comme elle le fera du reste tout le concert : «MAIS ARRETEZ DE POUSSER !». Inutile de chercher à la raisonner sur la présence de 1500 adolescent(e)s en rut derrière toi, à ses yeux tu es le seul responsable et tu le payes cash.

#9 : Le Rosbif

Il doit être en Erasmus dans le coin et en profite pour écumer les salles de concerts au lieu de bosser. Alors qu’un dialogue s’installe péniblement entre le groupe et la foule – « Bonsoiwe Gwenoblé » « Yeaaaaah » – il sort une blague qui fait marrer le chanteur et que bien évidemment on ne comprend pas. Ca va les gars ? On peut vous laisser si vous voulez. 

Non, je ne suis pas jaloux.

#8 : Le Burracho

Il est juste là, dans ton dos. Il tangue dangereusement les yeux fermés, ne reprenant vie que pour ânonner le refrain du morceau qu’il vient de reconnaître, et pour ingurgiter quelques gorgées de vodka-orange planquée dans un sachet de compote que son acolyte lui tend imprudemment. Le mec ne tient plus debout que par l’opération du Saint-Esprit et s’en met encore plein le cornet. Comment ne pas penser à la sensation que ça va te faire dans le cou quand tout va ressortir par le haut ? Résultat : tu finis par t’écarter et perdre au passage la position préférentielle que tu avais chèrement acquise.

#7 : Le Randonneur

Sa devise c’est : jamais sans mon sac Quechua ! Ce qu’il met dedans demeure un grand mystère, c’est quand même pas l’endroit idéal pour réviser ses cours de fac, mais bon, ça doit le rassurer, des fois que le guitariste jette sa Telecaster dans la foule, il aura de quoi la ranger. Sauf que, dans son égoïsme pratique, il n’a pas intégré qu’il n’avait pas son volume corporel normal, et te voilà frottant bras et poitrail contre boucles, sangles et fermetures éclair, sans compter cette sensation d’inconfort que te procure la vue du sac rebondissant à contre-temps sur ses épaules lors des sessions de jump. 

Et, non, le portage ventral n’est pas plus approprié.

#6 : Le Bourrin

Ce qu’il aime : être tout prêt de la scène. 

Ce qu’il n’aime pas : poireauter debout et surtout loin du bar toute la première partie + l’entracte comme un fan débile. 

Sa tactique : la charge façon Bastareaud, coude en avant, généralement à mi-concert.

Conséquences pour l’entourage : dos en vrac et atterrissage forcé au milieu des gars qui se câlinent à grand coups de rangers.

#5 : Le Bodyguard

Sa copine voulait voir Arcade Fire, « dans la fosse, c’est plus authentique ». Lui, ça l’emmerde, ce soir il aurait préféré regarder les 2 nouveaux épisodes du Bureau des Légendes sur Canal, bien installé dans son canapé IKEA fraichement monté. Du coup, pour s’occuper, il s’improvise garde du corps, façon « personne touche à ma meuf » : pieds ancrés dans le sol, jambes tendues, poings serrés, bras entourant légèrement sa donzelle et torse bombé. Sympa cette impression de rentrer dans un poteau électrique à chaque mouvement de foule, on a hâte qu’il fasse la connaissance du Bourrin. Ou du Burracho.

#4 : La Pétrole Anne

Toutes choses étant égales par ailleurs, les hommes sont en moyenne plus grand d’une douzaine de centimètres que les femmes. Ce qui place la bouche des hommes pile poil à hauteur de la chevelure des filles. Cette introduction scientifique n’a pour but que de passer le message suivant : par pitié, mesdemoiselles, ATTACHEZ VOS CHEVEUX ! C’est déjà suffisamment maso de rester debout pendant 3 heures à 32 par m2 pour ne pas y rajouter la sensation de mâcher une pelote de laine.

Merci.

#3 : La Pie Qui Parle

La meuf est venue avec sa copine Sandra et son pote Jean-Charles. Elle est remontée contre son ex-futur-ex Lucas parce qu’il lui a reproché que patati patata. Le concert a commencé depuis 20 minutes quand elle aborde le problème du linge sale qui traine et de la vaisselle sale dans l’évier, en hurlant pour couvrir la musique, bien évidemment. Regards appuyés et « ta gueule » réguliers n’y font rien, elle déblatérera encore quand les roadies enlèveront les derniers câbles. 

Comme disent les jeunes : OSBLC, putain !

#2 : Le Golgoth

Des grands, y en a. 

Des balaises aussi. 

Lui il est grand et balaise, la pire espèce. 

Du coup, on ne lui dit rien quand il prends sa copine sur ses épaules. 

La peur peut-être …

#1 : Les Coppola du portable

Prendre des photos, normal, faut quand même bien faire savoir que pour une fois on n’était pas devant Netflix #nofilter #instamoment. 

Prendre quelques vidéos par ci par là, ok, on sait pas pourquoi vu qu’on les regarde jamais, mais ça fait un souvenir.

Filmer l’intégralité du concert bras tendu, par contre, ça mérite la prison ferme : non seulement ça sert à rien vu la qualité du cadrage et du son, mais surtout ça provoque chez les autres ce réflexe quasi-pavlovien de regarder l’image sur le portable au lieu de regarder la scène. Et c’est pas pour ça qu’on a payé son billet une petite fortune, n’est-ce pas ?

0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*